Mask orange Mask orange
Des Hommes et des Troupeaux

Des troupeaux, des races adaptées

Troupeau de brebis

Les animaux du pastoralisme sont des animaux grégaires. C’est-à-dire qu’ils vivent en troupeaux. Ces troupeaux font partie de la carte postale des paysages de montagne, mais savez-vous comment et pourquoi ils sont choisis ?

Pourquoi choisit-on ces animaux-là pour pâturer ?

Pourquoi choisit-on d’élever une race plutôt qu’une autre ?

Et les chiens de conduite alors ?

 

 

Pourquoi a-t-on choisi ces animaux-là pour pâturer ?

Dans les troupeaux pastoraux, on peut retrouver des vaches, des brebis, des chèvres, et parfois aussi des chevaux. Depuis des millénaires, ils ont été choisis pour entretenir des terrains vastes, peu accessibles, aux conditions climatiques difficiles et à la végétation diverse pouvant être pauvre.

Ils sont particulièrement adaptés :

  • Car ce sont des herbivores au sens strict, c’est-à-dire que les végétaux qu’ils consomment couvrent leurs besoins nutritionnels.
  • Car ce sont des ruminants (sauf les chevaux), cela signifie qu’ils possèdent un système digestif particulier qui leur permet de digérer de la végétation coriace.
  • Car ils sont agiles, et résistants aux conditions extrêmes.
  • Car ils produisent du lait, de la viande, de la laine et du cuir de qualité.

La quantité d’eau et d’herbe disponible entraine des pratiques différentes en termes d’élevage.

Ainsi, dans les Alpes du Nord il pleut davantage que dans les Alpes du sud. On trouvera donc au nord plutôt une production de lait (car la lactation nécessite une grande quantité d’herbe et d’eau).

Et au Sud on trouve plutôt une production d’animaux destinés à la production de viande (brebis et chèvres) qui nécessitent moins d’eau et se nourrissent d’une végétation plus aride et pauvre.

Background noise

Le saviez-vous ?

Fill 1

Les brebis ont besoin de beaucoup moins d’eau que les vaches, 4 à 8L par jour leur suffisent contre 40 à 120 L/jour pour une vache !

Pourquoi choisit-t-on d’élever une race plutôt qu’une autre ?

Le choix d’une race dépend du territoire et du but de l’élevage : lait, fromage, viande. Chaque territoire possède des particularités : géographie, relief, climat… et chaque espèce de vache, de chèvre ou de brebis possède des caractéristiques physiques ou des aptitudes qui lui sont propres.

Dans les alpages ou les estives, les éleveurs choisissent des races rustiques et agiles, adaptées aux conditions parfois extrêmes des espaces d’altitude.

Des races différentes pour des objectifs d’élevage distincts

Fill 1 Fill 1

Les animaux des troupeaux pastoraux sont élevés soit pour leur lait, soit pour leur viande. Et certains aussi sont à vocation mixte (lait et viande).

Une race est dite « laitière » lorsque les animaux de cette race sont soumis à la traite en vue de la production et de la vente de lait.

Une race est dite « allaitante » lorsque les animaux allaitent leurs petits qui sont destinés à être vendus pour leur viande.

Une race est dite « mixte » lorsque les animaux de cette race permettent à la fois la production de lait et de viande.

Les troupeaux tracent des sillons dans les alpages au fur et à mesure de leurs passages répétés.

Leurs instincts guident leur itinéraire en fonction de la pente, de la qualité du sol et de l’objectif qu’ils souhaitent atteindre.

On dit qu’ils suivent un biais que le berger respecte au maximum pour guider efficacement les bêtes.

Background noise

Le saviez-vous ?

Fill 1

Ces sillons typiques de nos paysages pastoraux sont appelés des drailles

Et les chiens de conduite alors ?

Silhouette indissociable des troupeaux en montagne, le chien de conduite apporte une aide indiscutable pour accompagner les bergers et bergères qui gèrent les troupeaux. Son rôle est de guider le déplacement des animaux sur n’importe quel type de milieux dans lequel l’activité pastorale se déroule. Les chiens de conduite sont capables de diriger n’importe quel troupeau (ovins, bovins, caprins, équins) sous les directives du berger.

 

Education des chiens de conduite

Fill 1 Fill 1

Contrairement au chien de protection qui agit seul, le chien de conduite est dressé et obéit fidèlement aux ordres qu’on lui donne. Il est d’ailleurs capable de répondre à un grand nombre d’ordres complexes (Gauche, Droite, Cours, Ramène…).

Son éducation est très importante pour faciliter le travail du bergers sur des milieux difficile aux contraintes diverses et variées. C’est la raison pour laquelle le chien de conduite appartient la plupart du temps au berger : le lien créé entre ces deux individus est un élément essentiel pour assurer une bonne conduite des troupeaux.

Fonctionnement au travail

Fill 1 Fill 1

Doté d’une intelligence remarquable et d’un véritable amour pour le travail, le chien de conduite bien dressé obéit au doigt et à l’œil aux ordres qui lui sont donnés pour mener sa tâche à bien. Il semble hypnotiser les bêtes avec son regard. Il les arrête en les fixant, puis, sans aboyer, il pousse le troupeau en suivant les indications de son maître, et ramène les brebis éloignées.

Il suit le même rythme que le berger, ainsi, il travaille le jour et dort la nuit près du chalet.

Les races de chiens de conduite

Fill 1 Fill 1

Le Border Collie, le berger des Pyrénées et le berger de Crau sont les races les plus utilisées pour guider les troupeaux, même si d’autres races ou des croisements sont également fréquents.

Background
icon-quote Que seraient nos randos sans le son des sonnailles et les drailles des troupeaux?
tree copy
Fill 1 Copy 3
Fill 1
Fill 1 Copy 2
Fill 1
Orange background
Berger avec troupeau de chèvre
Pour aller plus loin

L’alpage, quels métiers !

Pour s’occuper des troupeaux et entretenir les paysages d’altitude, éleveurs, bergers et propriétaires fonciers travaillent en collaboration.

Mais au fait, quels sont ces métiers et leurs enjeux ?

Des Hommes, des Savoir-faire

Partager les équipements

 

tree copy
tree copy
Fill 1 Copy 3
Fill 1 Copy 3
vache